Des Plantes

Mélisse : Melissa officinalis. Cette plante mellifère de la famille des Lamiacées, haute d’environ 60cm, à feuilles ovales et opposées, a une agréable odeur citronnée quand on la froisse. Juste avant la floraison elle concentre son huile essentielle dans les feuilles. La mélisse agit sur les sphères digestives et nerveuses (antispasmodique, sédative, hypotensive, anti-virale, anti-fongique). Utilisée dans les cas de flatulences,troubles gastriques, indigestions, spasmes digestifs, son action intervient aussi contre les insomnies, migraines d’origines digestives, herpès, névralgies et nervosité. C'est la plante de l’émotivité. On utilise les feuilles séchées ou fraiches avant floraison avant floraison en tisane et pour produire de l'hydrolat.

Hysope : Hyssopus officinalis. Belle plante de la famille des Lamiacées dont les petites fleurs sont bleues, elle mesure environ 60cm de haut avec des petites feuilles allongées et odorantes au froissage. L’hysope est une plante aux propriétés expectorantes, fluidifiantes et antiseptiques. Elle possède une action stimulante sur la digestion et une action antisudorale. On utilise les sommités fleuries séchées en tisanes ou fraiches pour produire de l’hydrolat.

Sarriette des montagnes : Satureja montana. Encore une plante de la famille des Lamiacées, de petite taille, 20cm, rampante ; des feuilles petites, étroites et opposées sont de couleur vert terne. La sarriette, plante culinaire  également,  est antispasmodique, antibactérienne, antiparasitaire, antifongique, tonique et aphrodisiaque. Elle agit sur les sphères digestives, respiratoires et urinaires. On utilise les feuilles séchées en tisanes ou fraiches pour produire de l’hydrolat.

Pavot de Californie : Eschscholtzia californica. Cette belle plante annuelle au feuillage très découpé appartient à la famille des Papavéracées. Son bouton floral caractéristique donne une fleur orange vif muni de nombreuses étamines. Riche en alcaloïdes, le pavot de Californie a des propriétés hypnotiques ; il apporte un sommeil réparateur et paisible, facilite l’endormissement et éteint les réveils nocturnes. Indiqué aussi chez les enfants (>6ans), il calme l’anxiété et les angoisses et peut soulager les migraines. Déconseillé chez les femmes enceintes et allaitantes ainsi que chez le jeune enfant. On utilise feuille, tige et fleur en tisane.

Mauve des champs : Malva sylvestris. Cette Malvacée annuelle pouvant atteindre 1m50 a des feuilles alternes arrondies. Ses fleurs roses à violacées sont groupées par 2 ou 3. Par sa richesse en mucilage, la mauve a des propriétés adoucissantes, anti-inflammatoires et astringentes ciblées sur le système digestif. Légèrement laxative, favorable aux personnes aux intestins fragiles. En externe, ses propriétés antiprurigineuses, protectrices et astringentes sont appréciées lors de piqûres, crevasses, gerçures, aphtes, angines, enrouements et gingivites. On utilise les feuilles et les fleurs séchées en tisanes et fraiches en cuisine.

Ortie dioïque : Urtica dioica. L’incontournable de la famille des Urticacées. Les plantes sont annuelles et portent de grandes feuilles opposées, allongées et recouvertes de poils urticants. Sa richesse en minéraux lui confère des propriétés antianémiques et antifatigues. Pourvue de propriétés anti inflammatoires, elle favorise aussi la diurèse et elle est cicatrisante ; son domaine de prédilection est très large. Beaucoup d’ouvrages lui sont consacrés. On utilise les feuilles et les racines  sèches (préconisées pour le soulagement des prostates gênantes),  les feuilles fraiches pour donner de l’hydrolat ou en cuisine. 

Achillée millefeuille : Achillea millefolium. Plante herbacée de 80cm de haut environ avec des feuilles longues et très divisées appartenant à la famille des Astéracées. Ses fleurs sont blanches, en capitules. L’achillée facilite la digestion et décongestionne le foie. Elle est astringente et cicatrisante des voies digestives. Sa propriété antispasmodique lui permet de soulager les douleurs de règles. De plus, elle est hémostatique sur les veines, antibactérienne et antifongique en externe. On utilise les sommités fleuries séchées ou fraiches pour produire de l’hydrolat.

Armoise commune : Artemisia vulgaris. Une grande Astéracée  de 0,5 à 1,5 m à tige rougeâtre et feuilles très découpées et des capitules de petites fleurs. Avec ses propriétés emménagogues, tonique amer, antispasmodique, cholérétique et vermifuge, elle est l’une des plantes des femmes jeunes, mures et matures ! On utilise les sommités en début de floraison, séchées ou fraiches pour produire de l’hydrolat.

 

Sauge officinale : Salvia  officinalis. Une Lamiacée vivace bien connue puisqu’elle était déjà utilisée au Moyen-âge. Son  feuillage argenté  et velu la distingue des autres sauges. Ses fleurs rassemblées par 3,  à grandes corolles bilabiées sont de couleur bleue violacée. Antispasmodique, antisudorale, cholérétique et cholagogue, bactéricide et antifongique, anti-inflammatoire, antioxydante, tonique et stimulante, œstrogène-like, coupe-faim, font partie de ses propriétés (liste non exhaustive !!!). Ses domaines de prédilection sont à la fois la digestion, la gynécologie, la respiration, les fatigues et les rhumatismes. On utilise les feuilles séchées, récoltés un peu avant la floraison ou fraiches pour produire de l’hydrolat. Et bien sûr en cuisine.

 

Sauge sclarée : Salvia sclarea. La cousine de la sauge officinale bien qu’elles ne se ressemblent pas. Cette  grande Lamiacée  bisannuelle  aux grosses feuilles épaisses et gaufrées, fleurie d’une multitude de  petites fleurs qui passent du bleu au rose pâle. Des propriétés similaires à la sauge officinale avec une huile essentielle beaucoup plus sécurisante car ne contenant pas de thuyones. On utilise les sommités fleuries séchées en tisanes ou fraiches distillées pour produire de l’hydrolat.

Monarde  rouge : Monarda didyma. Une belle Lamiacée  de 50 à 60 cm environ, peu connue.  Ses feuilles sont ovales dentées et très odorantes au froissage. Sa fleur rouge vif est un peu sophistiquée. On aimera son goût citronnée pour agrémenter les tisanes un peu moins gouteuses. Elle est cependant fébrifuge ce qui lui donne sa place dans les tisanes  aux thèmes anti infectieux ou hivernales en général. On utilise les sommités fleuries séchées ou fraiches pour produire de l’hydrolat. Celui-ci a une action sur les bouffées de chaleur.

Camomille romaine : Anthémis nobilis. Petite et rampante avec un feuillage très découpé, c’est cependant une « grande plante !». Cette petite Astéracée est formée d'une capitule  double, blanche, compacte. Fastidieuse à cueillir son odeur vous réconciliera avec la vie. Elle agit sur les sphères digestive et nerveuse, elles-mêmes étroitement liées. Anti spasmodique, tonique amer, anti inflammatoire, fébrifuge et antiprurigineuse, son action anti dépressive est aussi  non négligeable. Elle fait aussi des merveilles en externe sur les irritations oculaires, maux de gorge. On utilise les capitules séchées en tisanes et fraiches pour produire de l’hydrolat.

Molène : Verbascum thapsus. Appelé aussi Bouillon Blanc, c’est la plante des bronches. Grande plante bisannuelle de la famille des Scrophulariacées pouvant atteindre 2 m sur une tige centrale. Les feuilles très larges, molles et épaisses sont recouvertes de petits poils. Les fleurs sont jaunes  pâles et regroupées en grappe. Expectorant  puissant, anti inflammatoire, antitussif, émollient, anti rhumatismal et sudorifique. On  utilise les fleurs séchées en tisane. Il faudra  cependant filtrer  avant de boire une tisane pour éliminer des petits poils présents sur les feuilles.

Laurier noble : Laurus nobilis. Arbuste de 4m environ aux feuilles coriaces

 

Bambou : Bambusa arundinacea.

 

Frêne : Fraxinus excelsior. Grand arbre de 40 m environ de la famille des Oléacées dont les feuilles sont opposées à 9 ou 15 folioles lancéolées,  dentées. Un grand diurétique, anti inflammatoire, antalgique, hypotenseur et légèrement laxatif.  Il sera un allié dans les régimes amaigrissants, les crises de gouttes, les affections  rhumatismales, la rétention d’eau. On utilise les feuilles jeunes séchées en tisanes ou fraiches en hydrolat.

Verveine odorante : Lippia citriodora. Arbrisseau à feuilles odorantes au froissage qui rappelle la citronnelle. Originaire d’Amérique du Sud, elle craint le gel. Son huile essentielle contient plus de 100 composés. Avec un rendement très faible, cela en fait une huile essentielle très chère. Ses propriétés sont digestives, antispasmodiques, diurétiques, immunostimulantes, anxiolytiques. Elle agrémentera aussi  les tisanes dont le goût est plus terne. On utilise les feuilles séchées, ou fraiches pour produire de l’hydrolat.

Souci officinal : Calendula officinalisL’Incontournable  fleur des jardins. De la famille des Astéracées, ce beau capitule orange a des propriétés anti inflammatoires, antiseptiques, antibactériennes, cicatrisantes, antispasmodiques, cholagogues et cholérétiques, emménagogues et antiprurigineuses. En externe  contres les plaies de toutes natures, verrues, abcès, eczéma, dartres, acné, impétigo.
On utilise les fleurs séchées en mélange avec d’autres plantes  en tisane et en macérât huileux en usage externe.

Plantain lancéolé : Plantago lanceolata .Herbe  vivace  des près à feuilles en rosettes et aux fleurs groupées en épis terminaux très compactes. Par ses propriétés anti inflammatoires, anti prurigineux, adoucissantes des muqueuses, anti allergiques, le plantain sera utile contre les toux d’irritations, rhinites allergiques, affections broncho-pulmonaires, asthme, inflammations des muqueuses digestives et buccales. En externe : contre les piqûres d’insectes, eczéma, zona, herpès, écorchures, gerçures et crevasses. On utilise les feuilles sèches en tisanes ou fraiches  pour faire de l’hydrolat.